Arsenal 2 – 0 Wigan. La voie royale


Arsenal a donc passé l’obstacle Wigan et grâce à sa victoire 2 à 0 se qualifie pour les demi finale de la Carling Cup. Un résultat doublement positif, puisque dans l’autre match, Manchester s’est fait sèchement éliminé par West Ham. Arsenal voit donc s’ouvrir une voie royale vers le titre. Encore faudra-t-il s’appliquer sur les matches restant. 

On appelle ça des conditions difficiles : match en milieu de semaine, en novembre, tempête de neige et un adversaire venu le couteau entre les dents. Finalement, Arsenal ne s’en est pas si mal sorti en triomphant de ces éléments et en décrochant un accessit pour une demi finale de Carling Cup.  Certes, ce n’est pas la plus funky des compétitions, mais un titre reste un titre. Et avec l’élimination de Manchester par West Ham, Arsenal reste le seule membre du Big 4 encore qualifié, et donc le favori logique pour une victoire le 27 février à Wembley. Oui, car l’un des aspects notables de cette compétition, c’est sa précocité. Un aspect dont pourrait tirer avantage les Gunners : une victoire donnerait sans nul doute un coup de fouet pour la suite de la saison et une éventuelle lutte pour le titre.

Arsenal seul membre du Big Four encore qualifié

Mais avant de parler de titre, revenons au présent et à l’analyse de ce match. Arsène Wenger a donc choisit de faire tourner son effectif, mais plutôt que les jeunes pousses, ce sont les titulaires potentiels de l’équipe première qui ont débuté la rencontre. Sur le pont donc Van Persie, Walcott, Eboué, Gibbs, Djourou, Sczcezny, Bendtner, Vela. Pour l’occasion, les clefs du jeu sont confiées à Van Persie, placé dans l’axe derrière Bendtner. A charge pour le Mexicain et le jeune Theo d’animer les ailes, tandis que Wilshere s’installe à son poste de prédilection : celui de relayeur.

Une super entente Van Persie – Wilshere

Et la bonne surprise va venir de ce mileu de terrain inédit. L’association Van Persie – Wilshere se révèle en effet excellente, les 2 joueurs se trouvant facilement et permettant au collectif de garder le ballon haut. En face, les Latics subissent, et tentent comme ils le peuvent de repousser les assauts des Rouge et Blanc. Derrière, Arsenal est bien en place, notamment l’axe central Koscielny – Djourou bien dans son match. Bref, tout les ingrédients pour un match à sens unique, avec des buts. Oui mais voilà : la finition n’est, elle, pas au rendez-vous. Bendtner et surtout Vela, se font un devoir de vendanger les occasions. Le Mexicain notamment rate deux face à face avec Ali Al Habsi, suite à deux gestes de classe mondiale de Van Persie. Walcott retombe dans ses travers : appels parfait, conduite de balles pitoyables. Bendtner de son côté offre son sempiternel festival de contrôles ratés. Mais le Danois semble retrouver un semblant de capacité de pressing, et cela finit pas payer : 41e minutes, corner de Walcott dans la boîte, SuperNick à la lutte avec Alcaraz, qui est poussé à la faute et marque contre son camp. Wigan n’a pas vu le jour de la première mi temps, et se fait punir. Pour autant, Arsenal peine à accélerer le jeu, et donne même parfois des signes de fébrilité, entre autre Denilson, très énervant de suffisance et Eboué, pas dans son match.

Vela décisif

Retour des vestiaires, pas de changements majeurs. On aurait pu croire que Vela, aux abonnés absent, aurait cédé sa place. Mais Wenger insiste…. et il a raison. Le Mexicain prend la mesure de l’adversaire sur son aile gauche et passe de plus en plus souvent. Résultat : il met plusieurs bon centres dans la surface des Latics, consciencieusement vendangés par Bendtner. 67e minutes, le grand Danois trouve enfin la brèche et inscrit son but du soir. 2-0, face à un Wigan éteint, et avec des conditions de plus en plus difficiles, Arsenal n’a plus qu’à gérer sans trop de souci. Wenger remplace Wilshere et Van Persie par Eastmond et Nasri. Voir le Français sur la pelouse n’était pas forcément prévu, et pour tout dire un peu risqué (on est jamais à l’abri d’une blessure) mais l’ancien marseillais a du jus, et se procure même une superbe occasion sur un contre, en fixant puis en éliminant Ali Al Habsi, mais en ratant le cadre. Entre temps, Vela a laissé la place à Emmanuel-Thomas, qui n’aura pas l’occasion de se mettre en valeur. Etc’est finalement dans le blizzard que Martin Atkinson siffle la fin de la rencontre.

Des demies sur deux matches

Arsenal accède donc au demi finale de cette Carling Cup. Les Gunners connaîtront leur adversaire ce soir, à l’issue des matches opposant Birmingham à Aston Villa (encore un derby) et Ipswich à West Bromwich. Petite particularité de cette compétition : les demi-finales se jouent en 2 matches aller-retour qui auront lieu les 12 et 26 janvier. Restez connecté sur Groover’s Blog pour les infos ce soir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s