Aston Villa 2 – 4 Arsenal. La force du paradoxe


Passé, présent et futur d'Arsenal en une image

Déplacement dans les Midlands et 3 points pour Arsenal. 4 buts de grandes classes, dont le premier de Wilshere en Premier League cette saison. Et une place de leader (pendant 1h). Ça ressemble à une belle rédemption. Oui mais voilà : Arsenal a encore été bousculé en 2e mi temps, et à encaissé 7 buts en 1 semaines. Tout n’est pas réglé.  

Sentiment partagé après ce match contre Aston Villa. Le jeu, les buts, les occasions que ce sont procurées les Gunners auront forcément remis du baume au coeur à beaucoup de monde. A commencer par Arsène Wenger, sans doute heureux de voir son équipe réagir, ou plutôt imposer son jeu avec plus de bonheur que sur ses deux derniers matches. Car le match fourni par les Gunners hier n’était pas à des années lumières de celui offert contre Tottenham. Il lui ressemblait même fortement : engagement, pressing haut, vitesse de passe en première mi temps, et frayeurs en deuxième.

Nasri, Rosicky et Arshavin intenables

En l’absence de Fabregas, Rosicky est au coeur du dispositif dans l’axe, au côté de Wilshere, Arsahvin à gauche et Nasri à droite. Et quand ces 4 là sont en forme, peu d’équipes peuvent rivaliser. Et si en plus Song décide de ne rien laisser passer derrière, pendant que Chamakh fait un festival devant, ça devient même cauchemardesque pour les joueurs de Gerard Houillier. Contre les Villans, Arsenal a attaqué pied au plancher et s’est créé une multitude d’occasions dans les première minutes. Et quand Villa a montré des velléités offensives en faisant remonter son bloc, les Gunners ont répondu avec la manière forte. Grâce d’abord à un Arshavin de gala, nous offrant son spécial (déjà vu contre Liverpool il y 2 ans, et MU la saison dernière) : feinte de course, crochet et retour vers l’axe sur son pied droit, et praline au poteau opposé. Et dans la foulée, le Russe offre sur corner le second but à Nasri, auteur d’une magnifique reprise de volée. Dans sa globalité, cette première période est la copie conforme de celle du derby. Rosicky en meneur est tout simplement impérial. Arshavin offre un récital. Chamakh apporte tout sa puissance et multiplie les appels. Mais la mention spéciale pour moi est à décerné à Nasri, qui a montré sa valeur technique, mais aussi son intelligence tactique : clairement ciblé par la défense de Villa sur son aile droite, il s’est alors rendu disponible dans l’axe, permutant avec Rosicky. Résultat : beaucoup de problèmes posés à la défense des Villans et 1 but. Scénario identique à la semaine passé à la mi temps : Arsenal mène 2 à 0. Et doute forcément. Et craint de revoir la même mauvaise fin que contre les Spurs.

Chamakh indispensable

Et effectivement, dés le retour des vestiaires, Arsenal se retrouve en mauvaise posture. Même cause, mêmes effets : après un moment de panique en défense, des joueurs apathiques laissent Clark  contrôler et fusiller Fabianski. Un but qui aurait dû être refuser en raison de la position de hors jeu de Carew qui masque le jeu au gardien d’Arsenal. Fab-the-wall est donc hors de cause sur ce coup là. Il en sera différemment sur le 2e but de Clarke, consécutif à un coup franc excentré où défenseurs et gardien d’Arsenal font à nouveau preuve de passivité. De quoi faire replonger les Gunners dans leurs doutes. Heureusement, entre temps Chamakh avait marqué,  à la conclusion d’un splendide mouvement de Rosicky. Et le Marocain prouvera une nouvelle fois qu’il est désormais indispensable en offrant un 4e but à Jack Wilshere, pour son but en Premier League cette saison.

Wenger attentif et satisfait

Finalement, à force de réaction, Arsenal sera parvenu à prendre le dessus. Mais en se faisant peur, et en montrant des lacunes défensives, dans les duels notamment, qui doivent absolument être corrigé. Une nouvelle fois également, les milieux défensifs ont montré 2 visages : dominateurs pendant 45 minutes, ils se sont fait dépassé trop souvent en deuxième mi temps. Song notamment, s’il reste un des meilleurs 6 d’Europe à mes yeux, est trop souvent enclin à rester au avant poste. On peut comprendre pourquoi avec le systéme à double pivots mis en place par Wenger, mais il n’en reste pas moins que Song doit encore progresser sur sa lecture du jeu et surtout mieux « sentir » les temps forts et les temps faibles de son équipe, savoir quand il doit apporter le surnombre ou au contraire aider sa défense. Il n’en reste pas moins que Arsenal maintient le rythme, et semble avoir compris en partie de ses erreurs. Arsène Wenger ne cachait pas dans l’après match l’intérêt qu’il avait eu à voir son équipe bousculée, et à observer sa réaction. On peut penser qu’il a été satisfait.

Arsenal est bien installé à la deuxième place du classement, après avoir été 1 h leader. Certes, ça ne vaut pas grand chose, mais ça apporte toujours de la satisfaction. Entre temps donc, MU a sévèrement étrillé Blackburn et pris la 1ere place. Chelsea est donc sous pression aujourd’hui du côté de Newcastle. Le championnat est loin d’être joué.

Publicités

2 réponses à “Aston Villa 2 – 4 Arsenal. La force du paradoxe

  1. Salut,
    assez belle victoire même si les problèmes défensifs ne sont effectivement pas réglés. Je reste indulgent sur la question, dans la mesure où hormis Sagna (bon, voire très bon cette saison) et Clichy (hélas souvent trop léger défensivement), les défenseurs sont des nouveaux : Squillaci découvre la PL (je ne le trouve pas extraordinaire, mais le juger est encore tôt), Koscielny aussi (je le trouve pas mal du tout malgré les quelques bourdes qu’il a pu faire), Djourou revient de blessure. Sur les trois, c’est le Suisse que je trouve le plus convaincant, il a eu du mal au début, mais là il paraît à l’aise. De la tête c’est vraiment le plus rassurant.
    Quant à Fabianski c’est quand même son baptême du feu.
    Au classement des buts encaissés en PL, malgré les 3 buts des Spurs on est 4e (17 buts) après Chelsea (10), Man City (12 ; ils ne jouent pas = 0 risque) et juste derrière Man U (16).
    Il ne faut pas s’en contenter, mais on peut espérer non seulement le retour de Vermaelen mais aussi une amélioration progressive des automatismes entre les trois centraux et le gardien.

    Pour samedi, je me demande comment Clattenburg a pu accorder le 1er but, je n’ai jamais été un fan de cet arbitre. J’ai revu deux fautes de Clark. Sur la 1re (celle juste après son 1er but) il saute les deux pieds décollés sur le pied d’appui de Sagna, ça pouvait facilement être un rouge. Le pied dans la figure de Koscielny est pas terrible non plus. Heureusement que Koscielny n’est pas comédien. Sinon Clark pouvait sortir.

    A+

  2. Pingback: Zap’ Foot Du Week End | giuly76

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s